Vous êtes ici : Compagnie Le Tourbillon » spectacle » Ich Auch

Ich Auch

Dès que la joie se lève tout s’élargi, dans la peur la bouche devient sèche, la colère pousse à agir et la tristesse fait grandir.

Univers poétique et sensible, ce spectacle explore les grandes émotions qui traversent les petits.

A ne pas manquer !

  • Durée

    30 min

  • Tout public

    à partir de 1 an (jusque 7 ans)

  • Type

Distribution

Mise en scène - jeu

Nathalie Galloro

Laurent Varin

Photos

Le Spectacle

Un spectacle muet, visuel en direction des tout-petits qui explore de façon poétique les quatre grandes émotions universelles : La joie, La peur, La tristesse, La colère.

 

Dès que la joie se lève, tout s’élargit. Notre respiration se fait plus ample, notre corps, l’instant d’avant repli sur lui-même, n’occupant que sa place ou son coin, tout à coup se redresse et vibre de mobilité. Nous voudrions sauter, bondir, courir, danser, car nous sommes plus vifs dans un plus vaste espace, et le défilé resserré de notre gorge devient le gué du cri, du chant ou du rire déployé.

Jean-Louis Chrétien, poète et philosophe «La joie spacieuse. Essai sur la dilatation» Paris, Éd. de Minuit, 2007

 

La peur est souvent précédée de l’étonnement, dont elle est proche…Dans les deux cas, les yeux et la bouche sont grand ouverts…Le cœur bat violemment…Les poils sur la peau se dressent…Les muscles superficiels frissonnent…La respiration est accélérée…La bouche devient sèche…
Charles Darwin, naturaliste anglais (1809-1882)«L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux»

 

La colère Je ressens une tension interne qui me pousse à agir, à monter le ton de ma voix, à froncer les sourcils, à envoyer à l’autre des mots qui font mal et parfois même des coups… Une expérience intime s’exprime par le corps, ce qui permet à l’expression des émotions de l’un de faire impression dans les émotions de l’autre.
Boris CYRULNIK, Neuropsychiatre, Interview du Readers’s Digest, «Noël vu par Boris Cyrulnik»

 

La tristesse, je ne suis pas un doloriste convaincu, mais je crois que l’on se construit au moins autant dans la tristesse et dans la perte, que dans une béatitude franche […] Les pertes, les ruptures, les cassures, constituent un étayage qui permet de grandir, de progresser et de s’autonomiser. Il est impossible de ne pas perdre. En revanche, chacun va mettre en place des stratégies personnelles pour rendre la séparation et la perte supportables.
Marcel RUFFO, Pédopsychiatre, Extrait de son ouvrage «Tiens bon !»

 

Spectacle, disponible en tournée, qui se déplace de lieux d’accueil en maternelles ou en salles de spectacle.

 

Partenaires et soutiens
Ville de Metz
Ville de Montigny-les-Metz
Ville d’Amnéville
Ville de Pont-à-Mousson
Co Productions
Luxembourg Ville
L’actée-théâtre
Festival Contes sans frontière
Centre culturel Marc Sangnier
Education Nationale
CCAS Metz

 

Crédits photos Christiane Olivier